janvier 2018

SOS, Sauvez la jeunesse béninoise

La jeunesse semble être perdue et le sexe prend le dessus. Dans cette atmosphère de la politique de mondialisation où tout est à la porté de tous y compris le sexe, seule l’éducation semble manquer le rendez-vous. A travers cet article, analysons ensemble la situation dans notre pays.

Au cours de l’année scolaire 2016-2017, 2763 cas de grossesse ont été dénombrées chez les jeunes filles en milieu scolaire. En somme 2763 filles déscolarisées des causes d’une grossesse précoce.

En outre pour ce premier trimestre de l’année académique 2017-2018, les chiffres ne rassurent guère. Déjà 90 cas de grossesse dans les écoles secondaires de l’attacora et 111 cas dans le Borgou.

Toujours au Bénin, on apprend que les jeunes élèves filles créent une tontine sexuelle dont personne ne semble s’inquiéter.

En principe, ça ne devrait même pas choquer que des élèves publient une vidéo où elles paraphrasent l’acte sexuel sur les réseaux sociaux, puisque c’est à travers ces mêmes canaux que nous voyons défiler la vidéo de jeunes béninois en plein ébats sexuels et où des groupes de sexe se créent tout le temps au vu et au su de tous.

Cette jeunesse qui est permanemment dans une attitude de suivisme néfaste et maladif que le développement des TIC avec le silence coupable des dirigeants, des parents et de l’école encourage.

La réputation compte beaucoup et pour être un leader, il faut juste se préparer à être un exemple à suivre.

Elle est l’exemple typique de la jeunesse qui n’a pas d’autres loisirs, d’autres centres d’intérêts, d’autres opportunités pour occuper son temps en dehors des cours…
La jeunesse qui considère le sexe comme le centre de l’existence. La jeunesse qui ignore que chaque individu a le droit de vivre pleinement sa sexualité sans pour autant en faire une affaire publique.

La jeunesse dont les filles ne sont pas éduquées à avoir de grandes ambitions puisqu’elles vivent à la charge d’un homme. À quoi bon?
La jeunesse qui croit encore en la faiblesse de la femme et qui prend la femme pour un objet sexuel.

La jeunesse qui n’est pas préparée à être la relève.

La jeunesse qui n’a aucune notion du leadership.

Bref, la jeunesse qui n’est pas encore consciente qu’elle joue un rôle capital dans le développement de son pays.

Pendant que l’Afrique lutte et œuvre pour l’autonomisation des femmes, le respect des droits humains, l’insertion et l’inclusion des femmes et des jeunes dans les grandes instances de prise de décision, la jeunesse béninoise divague encore.

Et pour cause l’absence d’éducation, notamment l’éducation sexuelle. Les parents, la société et l’école semblent avoir du mal à adapter l’éducation  des enfants à l’ère de la mondialisation.

La jeunesse a besoin d’éducation et d’orientation.

Dites à la jeunesse béninoise que la terre tourne, mais pas autour du sexe car les autres ont bâti leur nation en travaillant. Lire la suite